Compétences

  Les compétences acquises par l’étudiant

Le choix d’un cursus en 3 ans permet de respecter à la fois l’esprit de la réforme LMD et le cahier des charges propre aux IUP avec un parcours préparatoire (Licence de Gestion / Parcours Administration des Institutions Culturelles) répondant à une logique disciplinaire et un Master permettant aux étudiants d’acquérir des compétences spécialisées.

La Licence permet aux étudiants d’acquérir les connaissances de base, de la discipline Gestion et des disciplines environnantes fondamentales Economie, Droit, Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, Politiques Publiques, Sociologie, Histoire, appliquées à notre secteur de référence, la culture.

Dès la première année du Master, la formation propose deux majeures qui correspondent aux deux types de filières professionnelles au sein desquelles nos étudiants seront appelés à exercer leurs compétences de manière spécialisée :

- Option A préparant aux métiers de la culture exercés dans les Collectivités Territoriales et les Associations.
- Option B préparant aux métiers de la culture exercés dans les Industries Culturelles.

  Les compétences acquises à l’issue de la licence

L’étudiant est capable d’utiliser les principaux outils de communication, de gestion, de calcul, indispensables au pilotage de projet et à l’administration des affaires courantes dans une organisation en général et plus particulièrement dans une institution culturelle qu’elle soit du domaine public (Mairies, Conseils Généraux, Conseils Régionaux, Établissements Publics de Coopération Culturelle) ou privé (Associations, Sociétés Anonymes, Industries Culturelles). La comptabilité générale et analytique, le marketing, l’informatique de gestion font partie de son bagage.

Il est capable de mobiliser des savoir-faire juridiques, économiques et techniques pour régler des questions particulières liées au droit de la création et de la diffusion des œuvres de l’esprit, à l’accompagnement de la vie d’un produit, à la mise en marché d’un artiste ou d’une œuvre, à l’organisation d’une manifestation. Il possède une information large relative aux principales sources d’information et de soutien dans les domaines précités.

Ces connaissances lui permettent d’être employable directement comme assistant ou collaborateur au sein d’une équipe de projet, de prendre en charge par délégation une partie de la gestion des affaires culturelles d’une collectivité territoriale, d’une association ou d’une industrie culturelle (maison de production ou de diffusion …).

Les enseignements qui seront dispensés permettront en particulier de développer des connaissances qui favorisent la maîtrise en finesse des procédures administratives et des circuits budgétaires de telle sorte que l’étudiant ayant atteint ce niveau, sera à même, par la transposition de son savoir théorique sur le terrain, d’optimiser les circuits institutionnels afin de faciliter la conception et la mise en œuvre de projet culturel, dont il est capable d’évaluer les enjeux culturels au sens large ( enjeux sociaux, économiques, politiques, identitaires …) et son interaction avec les données multiples d’un contexte local, régional ou national.

Les compétences acquises par les étudiants sur le plan des connaissances, dès l’année de la Licence, sont des compétences spécifiques faites de créativité, d’originalité, de sens des responsabilités, d’esprit d’initiative, et également de capacité relationnelle. Ce sont ces caractéristiques qui traversent tous les postes à responsabilités dans les institutions culturelles publiques ou privées.

  Les compétences acquises à l’issue du master

L’étudiant est capable de mobiliser les connaissances spécifiques en matière de gestion des institutions culturelles qu’elles soient du domaine public (Mairies, Conseils Généraux, Conseils Régionaux, Établissements Publics de Coopération Culturelle) ou privé (Associations, Sociétés Anonymes, Industries Culturelles) : il peut concevoir et mettre en place dans ses aspects logistiques, juridiques et institutionnels un projet et/ou une structure à vocation culturelle.

La comptabilité et la fiscalité des institutions et des industries culturelles, les méthodes de vente et la gestion des clientèles, les logiciels spécifiques (billetterie, gestion des abonnés, gestion des droits d’auteurs, gestion des ressources) font partie de son bagage. Il a prouvé sa capacité à animer des équipes, à se faire comprendre des techniciens du spectacle, de l’animation, de la production et de la diffusion des œuvres du champ culturel.
1ère année de Master

Au terme de la première année de Master, après avoir élargi la portée de leurs acquis et de leurs capacités d’analyse, les étudiants sont en mesure de maîtriser tous les paramètres leur permettant de concevoir et de gérer un projet culturel. Ils peuvent situer leur action dans la perspective des politiques institutionnelles régionales, nationales, européennes, à moyen et long terme, et prendre en compte très concrètement la complexité des données, explicites comme implicites, d’un contexte culturel et social précis.
2ème année de Master

Au terme de la seconde année de Master, les étudiants n’ont pas seulement élargi l’éventail très polyvalent de leurs connaissances en matière de dynamiques et politiques culturelles, associatives et institutionnelles, françaises et étrangères, ils maîtrisent aussi les instruments méthodologiques et les outils conceptuels qui leur permettent d’interroger les ressorts internes et les enjeux divers liés à leurs interactions. L’ouverture de tous les modules de cours de cette seconde année de Master à des problématiques européennes et internationales et l’expérience de terrain acquise en ce domaine par les étudiants, s’inscrivent dans une réflexion approfondie quant aux conséquences culturelles des mutations d’une société structurée en réseaux de plus en plus globalisés.

Capacités de synthèse et d’analyse critique, connaissance et expérience pratique de la diversité des contextes et des dynamiques culturelles, font partie des atouts d’étudiants qui se destinent à l’administration d’institutions ou de projets tournés vers l’action culturelle internationale.

FILIERE “Collectivités Territoriales et Associations”

A l’issue du Master, l’étudiant est en position de pouvoir intervenir à haut niveau au sein d’institutions culturelles territoriales. Pour expliquer cette notion “ supérieure ”, il convient de considérer le type d’enseignements dispensés.

En effet, la première et plus encore la deuxième année permettront de mieux comprendre et par voie de conséquence de mieux appréhender des situations administratives très complexes faisant intervenir un large panel de partenaires pour le montage d’opérations d’envergure.

A ce titre, peuvent être pris en compte les festivals, les saisons culturelles faisant intervenir des artistes internationaux, les projets pluridisciplinaires. Enfin, une excellente maîtrise des finances publiques et de leurs mécanismes additionnée à une toute aussi bonne connaissance des procédures réglementaires permettront à l’étudiant d’intervenir dans le cadre d’une réflexion de haut niveau sur la politique culturelle à développer en fonction du terrain rencontré et des publics visés (mission d’évaluation, de diagnostic, pilotage d’un projet ou d’une organisation).

Au sortir du Master, les diplômés pourront accéder à des emplois de cadres supérieurs dans de grandes collectivités publiques et à des emplois de responsabilité dans le réseau associatif.

Les compétences acquises par l’étudiant sur le plan managérial et comportemental, en termes de savoir-faire et savoir-être sont des compétences spécifiques faites de créativité, d’originalité, de sens des responsabilités, d’esprit d’initiative et de capacités relationnelles. Ce sont ces caractéristiques qui traversent tous les postes à responsabilités dans les institutions culturelles qu’elles soient publiques ou privées.

FILIERE “Industries Culturelles”

L’étudiant possède une vision claire des principales filières des industries culturelles : livre, disque, film. Il a pu réfléchir à leur dynamique et produire plusieurs travaux écrits permettant de faire état de sa compréhension des tendances clefs repérables dans ces industries.

Ces connaissances lui permettent d’être employable directement comme directeur-adjoint ou assistant d’une institution culturelle ou comme chef de produit, de label ou directeur de collection dans une maison d’édition. Il a vocation, après quelques années de carrière, à prendre la direction d’institutions de dimension nationale et internationale.